Sans Patrie

RÉGULARISÉ EN 2008, JULIO RISQUE À NOUVEAU D'ÊTRE EXPULSÉ

 

Julio est un jeune Angolais, arrivé à Rennes en 2007. Il fait face aujourd'hui à une deuxième procédure d'expulsion alors qu'il y a 7 ans, il avait fini par obtenir des papiers par la Préfecture d'Ille et Vilaine. Aujourd'hui, il comparaissait devant le Tribunal administratif de Rennes.

  • NM
  • Publié le 16/02/2015 | 19:18, mis à jour le 16/02/2015 | 19:18
Associatifs et collègues réunis pour Julio © Larbi Benchiha
© Larbi Benchiha Associatifs et collègues réunis pour Julio
Le Tribunal administratif de Rennes a décidé que Julio devait quitter le territoire français. Il était placé en centre de rétention depuis vendredi. Et pourtant, Julio avait un CDI, des amis et une famille à Rennes, et n'a plus aucun lien affectif avec l'Angola. Il pourrait même se faire refouler de son pays d'origine dont il n'a pas le passeport. C'est le choc pour les associations et les proches de Julio.

Julio arrive en France en 2007

Il quitte son pays natal l'Angola sans ses parents. Arrivé à Rennes, Julio bénéficie du statut de mineur isolé. A l'époque, il est pris en charge par le conseil général d'Ille et Vilaine, placé en foyer, et scolarisé dans un collège rennais. Tout bascule en mars 2008. Lors d'une sortie scolaire, où il est arrêté. Les autorités l'accusent d'avoir menti sur son âge. Il n'aurait pas 16 ans mais serait bien majeur. Des manifestations de soutien vont s'organiser réunissant jusqu'à 1000 personnes à l'initiative de ses professeurs et ses camarades de classe.

Il finit par obtenir des papiers

Des tests osseux et pileux sont effectués sur le jeune homme censés déterminer si Julio est mineur ou majeur. Les résultats ont conclu qu'il avait plus de 18 ans, donc expulsable. Mais très vite, la fiabilité de ces examens médicaux est contestée. Des examens contre lesquels s'élevait, à l'époque, le Président du conseil général. Ce dernier finit par lui donner des papiers à condition que Julio accepte de confirmer sa majorité. Il est finalement régularisé à titre exceptionnel et humanitaire.

Retour en arrière en 2013

Julio est maçon, en CDI depuis 5 ans, il paie ses impôts. Il a ses amis et sa concubine. En 2013, au moment de renouveler ses papiers, impossible d'y parvenir. Il doit fournir son passeport angolais qu'il n'a pas pour disposer de nouveaux papiers. Il finit par vivre sans papier mais continue à travailler jusqu'à ce vendredi 13 février, où il est interpellé à son domicile. Des motifs d'interpellations qui restent flous selon les associations. Il est placé en centre de rétention. Ses collègues de travail décident de déposer un recours contre l'obligation de quitter le territoire français. Pour eux, le jeune homme a su s'intégrer et il ne posait pas de problème.

Aujourd'hui, le tribunal a rejeté ce recours et confirme l'obligation de quitter le territoire. Julio doit rencontrer mercredi le juge des libertés pour demander sa libération du centre de rétention. Les associations, quant à elles, comptent mener des actions dans les jours à venir.

audience TA rennes expulsion jeune angolais
Reportage de I. Rettig / L. Benchiha
 
 
 
En 2008, nous écrivions sur ce blog :
 

"Un jeune lycéen angolais prénommé Julio est arrêté lors d'un contrôle dans le métro alors qu'il se trouvait accompagné de camarades pour une sortie scolaire. Trop noir, trop jeune et trop poilu pour être honnête ? La Préfecture a alors mis en doute sa pièce d'identité indiquant qu'il était mineur et n'a pas hésité à lui infliger des tests pseudo-scientifiques humiliants, dignes de l'esclavagisme dans le seul but de justifier un placement en rétention en vue d'une expulsion ! Examen osseux, pilosité et organes génitaux - pourquoi ne pas regarder ses dents, sa mâchoire, tâter ses muscles et déclarer qu'il est bon pour les îles de sucre amer- ? Cette méthode d'instrumentalisation de la science à des fins judiciaires est une fois de plus une grave dérive de la politique des quotas. Pauvre ado humilié dont la vie n'est alors plus que chiffres : âge, mensuration, dates, heures de passage aux tribunaux, un numéro à comptabiliser dans des comptes infamants.

Justice expéditive. Sa mise en rétention effectuée, la machine à expulser était lancée et il aura fallu des pétitions, des rassemblements, des tracts, des manifs pour que le Préfet daigne enfin régulariser le jeune homme à titre exceptionnel et humanitaire ! Merci Monsieur le Préfet... On se réjouit pour le lycéen, mais on ne peut évidemment se satisfaire d'une décision plus que légitime".

 

Comment est-il possible de retrouver Julio à nouveau enfermé au CRA 7 ans plus tard ? 

 

Un excès de zèle de la pref 35 qui refuse de lui renouveler son titre de séjour en 2013, car Julio n'a pas de passeport. 

 

Julio sera présenté mercredi 18 février à 14h30 devant le JLD

Soyons nombreux dès 14h devant la Cité Judiciaire de Rennes pour demander la libération et la régularisation DEFINITIVE de Julio ! 

 

 

 



17/02/2015
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 171 autres membres