Sans Patrie

SOLIDARITÉ À REDON. MOBILISATION AUTOUR D’UNE FAMILLE KURDE

 

 

 

Redonnaise depuis plus de 3 ans, la famille Ozurk fait l’objet d’une obligation de quitter le territoire malgré leur intégration et les dangers d’un potentiel retour.

Ce mardi, une centaine de personnes s’est rassemblée autour de la famille Ozurk devant la sous-préfecture de Redon pour exprimer son soutien. Présents dans les rangs, la Ligue des Droits de l’Homme, Amnesty International Redon et plusieurs syndicats.

Kurde, la famille Ozurk vit à Redon depuis 3 ans et demi. Elle fait actuellement l’objet d’une obligation de quitter le territoire. Malgré la promesse d’embauche du père, les brillants résultats scolaires de la jeune Vildan scolarisée à Beaumont et les dangers d’un potentiel retour.

« La dernière demande de régularisation a été rejetée, explique Françoise Plissoneau, représentante Amnesty International Redon. Nous ne comprenons pas. Cette famille est particulièrement bien intégrée. Le père a même une promesse d’embauche dans un restaurant à Bruz. C’est incompréhensible. »

À lire ce mercredi 14 janvier dans Ouest-France Redon.

 

La décision du TA de Rennes pour cette famille sera rendue jeudi 15 janvier.

Une délégation est reçue aujourd'hui par le sous-préfet de Redon. 



13/01/2015
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 171 autres membres