Sans Patrie

Le retour de Mamie CraCra

Récemment, les blogueuses de Sans Patrie ont reconnu Mamie CRA CRA dans un bar de Rennes où elle éclusait quelques bolées de cidre pas plus doux que le regard qu’elle leur a lancé en les reconnaissant. Elles vous livrent cette interview de comptoir qui pourrait bien signer le retour de l’impertinente chroniqueuse sur ce blog.

Mamie CRACRA.gif

 

SP : Bonjour ! Nos lecteurs ont fait connaissance avec vous en octobre 2010 et ont suivi vos chroniques épisodiques jusqu’en janvier 2011. Depuis, un grand silence que vous acceptez de rompre aujourd’hui. Pouvez-vous nous en dire plus ?

 

M C² : J'ai suivi les conseils de Sarko, j'me suis cassée. J'en pouvais plus de la chasse à l'étranger et des discours xénophobes, j’avais besoin de prendre l’air. En 2011, j'ai quitté l'Europe Forteresse en me disant que je rentrerai en France quand la gauche serait au pouvoir. Quand j'ai vu la tête du changement, j'ai prolongé mon exil. Vous avez survécu sans moi, non ?

 

 

SP : Oui, mais nous sommes ravies de vous revoir, vous nous avez manqué. Ce retour inattendu aurait-il un lien avec les évènements de la semaine dernière ?

 

M C²: Les soldes ?

 

SP : Nous pensions plutôt à l’attentat de Charlie Hebdo. On aurait pu vous voir dans les rues de Rennes ce dimanche

 

Le silence se prolonge, Mamie Cra Cra est visiblement contrariée par cette remarque.

 

M C²: Je ne voulais pas battre le pavé avec les moutons ni…

 

SP : Mais quand même…

 

M C² : Mais vous me laisser continuer ! Je ne voulais pas battre le pavé avec les moutons ni rester bouder avec les cons. Alors j'ai rejoint le troupeau en douce. A Rennes, ni dictateurs, ni Marseillaise dans les rangs. Je me suis surprise quand même à défiler avec un p'tit chef de la préfecture, jeune retraité, qui m'a adressé un sourire. C'est donc ça l'unité nationale ? Je ne suis pas encore prête à câliner un flic. Un homme a lâché dans la foule « ça fait 62 ans que j'attendais de voir mon peuple ». C'est donc ça le Peuple, l'effet de nombre ? Je n'y ai pourtant pas vu beaucoup de jeunes des « quartiers » dans cette « foule sentimentale » aux visages pâles…

SP : Doit-on en conclure que ça ne vous touche pas vraiment ?

M C² : Lors de l'annonce de la tuerie à Charlie, j'étais anéantie comme une plage bretonne après une marée noire ! Une énorme colère et un profond chagrin face à la connerie humaine.
C'est aux cons qu'il faut demander de se justifier aujourd'hui, qu'on foute la paix aux musulmans
. Inch Allah

Pendant plusieurs années, une chronique hebdomadaire rédigée par des militants de RESF a été publiée dans Charlie, « L'expulsé de la semaine », illustrée avec acidité par les crayonneurs impertinents. Charb, Tignous et Honoré ont même été les parrains de plusieurs lycéens sans papiers.

 

 Charlie Hebdo.JPG

Ils ont dû se retourner dans leur tombe en entendant les cloches de Notre Dame sonner pour eux, la Bourse les célébrer, les gouvernants qu’ils croquaient allégrement défiler l’œil humide, de grands respectueux de la liberté d’expression comme Bongo, Netanyahou...

Et Valls qui est déjà en train de pondre de prochaines mesures liberticides pour nous protéger, bien entendu ! Piétiner derrière eux, certes non,  mais je suis solidaire des victimes, déterminée à faire la traque à toute récupération, à ne pas tomber dans le piège tendu, à chasser la suspicion et l’amalgame, à ne pas laisser creuser un fossé de haine que d’aucuns pourraient combler avec des explications lénifiantes et mensongères.


SP : Et ceux qui ont commis l’attentat ?


M C² : Ceux qui ont tué sont des assassins, seulement des assassins, mais ils ne viennent pas de nulle part et ne sont pas nés de rien ; aux politiques faussement atterrés d’en prendre la mesure ! Qu’ils regardent notre monde à la loupe et s’interrogent sur son iniquité, sur les alliances politiques mortifères, les complaisances économiques qui ne le sont pas moins, sur les raisons qui poussent des mômes à devenir des moudjahidines, à se revendiquer du djihad, à abdiquer leur humanité.

Tout le monde a retenu les noms de ces trois salopards, mais qui connait Lassana Bathily ?

http://www.humanite.fr/lassana-bathily-lex-sans-papiers-devenu-un-heros-562222

Employé à l'hyper cacher de la porte de Vincennes, ce jeune malien de 24 ans, a sauvé des vies vendredi. Lycéen, il avait échappé de peu à l’expulsion en 2009. Il a été régularisé en 2011 avec le soutien de RESF.
Certains veulent lui décerner la légion d'honneur, Lassana espère juste un jour être français...

SP : Et maintenant on fait quoi ?

 

M C² : On continue à penser, dénoncer, caricaturer, blasphémer... et à rire. Je ne serai jamais Charlie, mais je l'aime.

 

 

 

Et elle lève sa bolée vers un ciel plombé comme une mine de crayon.

 

 

 

Yec’hed mat ! A la santé de Charlie !

 



14/01/2015
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 171 autres membres